Les opérations post-récolte et la commercialisation des semences de maïs

Triage des semences maïs par les femmes de Maregourou à N'Dali
Triage des semences maïs par les femmes de Maregourou à N'Dali
Triage des semences maïs par les femmes de Maregourou à N'Dali
Triage des semences maïs par les femmes de Maregourou à N’Dali

Les opérations post-récolte constituent l’ultime étape qui conduit à la pose de l’étiquette de certification sur les emballages de semences de maïs. En effet, la récolte des semences de maïs et toutes les opérations qui suivent sont rigoureusement encadrées par la règlementation semencière en vigueur. Pour réussir cette phase qui, du reste, est la plus contraignante, le producteur semencier doit s’entourer de beaucoup de précautions. Plusieurs étapes jalonnent ce processus.

 

1ère étape : La récolte

Contrairement au maïs destiné à la consommation, la récolte des semences de maïs doit être autorisée par le service en charge du contrôle après qu’il se soit assuré du jaunissement des spathes ou de l’apparition des points noirs au bout des graines. Ces signes extérieurs de maturité apparaissent 120ème jour après le semis pour les variétés tardives (TZPB-SR), 105ème jour pour les variétés intermédiaires (QPM/FAABA), 90ème jour pour les variétés précoces (EVDT 97/STR, DMR-ESR-W, etc.) et 75ème jour pour les variétés extra-précoces (2000 SYNEE-W).

Les produits des lignes de bordure doivent être récoltées en premier lieu et écartés du lot des semences. En cas de production des semences de pré-base, les lignes femelles et les lignes mâles sont récoltées séparément. Les lignes femelles sont celles qui portent les plants dont les organes mâles ont été enlevés tandis que les autres sont des lignes mâles.

Quelle que soit la catégorie de semences, les épis sont séparés de leurs spathes au champ pour éviter que des larves d’insectes n’accompagnent le maïs récolté au lieu de stockage.

 

2ème étape : L’égrenage

Avant l’égrenage, le maïs semence subit une série de triage et de séchage d’une part, pour le débarrasser d’éventuelles impuretés et, d’autre part, pour réduire le taux d’humidité qui pourrait être la cause de pourriture de grains au stockage ou de brisure à l’égrenage.

A la récolte, les épis de maïs présentent un taux d’humidité allant de 20 à 25% qu’il faut nécessairement faire baisser en procédant à un séchage avant l’égrenage. Les épis despathés sont donc mis en crib, après triage. Les précautions ci-après sont prises :

  • Traitement du crib vide et après chargement à la K-Othrine, au Sofagrain ou au et même au pétrole selon la méthode dite « sandwich ». Elle consiste à étaler les épis en couches successives d’environ 15 à 20 cm puis à les traiter par poudrage de sofagrain et au     ou pulvérisage à la K’Othrine avec la dose recommandée.
  • Protection du crib contre les rongeurs et les autres déprédateurs

Le crib doit être construit perpendiculaire à la direction des vents dominants pour permettre un séchage rapide des épis.

Effectuer des contrôles périodiques pour s’assurer de la bonne santé des épis.

A la sortie du crib, les épis sont à nouveau triés afin d’éliminer les malformés, les attaqués, etc. Les épis reconnus sains, sont alors débarrassés de leurs deux bouts et seul le tiers médian est envoyé à l’égrenage pour servir de semences. Cela permet d’avoir un lot de semences relativement homogènes.

L’égrenage peut se faire manuellement – ce mode d’égrenage est vivement conseillé pour les semences de pré base – ou à l’aide d’une égreneuse mécanique ou à moteur (mode d’égrenage conseillé pour les autres catégories de semences). Dans ce cas, des précautions doivent être prises pour préserver les graines contre les cassures et fêlures dommageables pour la qualité des semences.

Vannage

Il fait suite à l’égrenage et permet d’éliminer les poussières, les débris de rafles et tous autres objets indésirables. Parfois cette opération est réalisée en même temps que l’égrenage avec un matériel appelé égreneuse-vanneuse.

Calibrage

L’égrenage est suivi du calibrage. Il permet d’avoir des graines homogènes de calibre 8, 9, 10 mm selon les variétés. Il est réalisé avec des tamis manuels ou avec des calibreurs motorisés adaptés à ce genre de travail.

Triage sévère des grains

Il vient parfaire le calibrage. Il consiste à éliminer les grains moisis, attaqués, grains présentant d’autres couleurs provenant d’épis ayant échappé aux précédents triages.

  • Conditionnement et traitement des semences de maïs

Les semences de maïs sont conditionnées dans des sacs propres de premier usage de 5, 10, 20 et 50kg pour permettre leur manipulation aisée. Les semences sont traitées avec des produits phytopharmaceutiques (de conservation) homologués et appropriés. Il est recommandé de marquer et d’étiqueter les emballages. Les principales indications sont :

  • le logo ou la marque commerciale de l’entreprise semencière ;
  • l’espèce de semence (Zea mays dans le cas présent);
  • la variété ;
  • le numéro du lot ;
  • le nom du producteur ;
  • la catégorie de semences ;
  • l’année de production ;
  • le poids net.

 

Les sacs sont entreposés sur des palettes pour éviter une nouvelle humidification par contact avec le sol qui pourrait entraîner le développement des moisissures.

Les lots de semences doivent être clairement disposés et ce, selon les règles précises pour constituer des lots nature. Un lot nature est un lot de semences destiné à la certification. La taille des lots nature de maïs varie suivant les catégories de semences.

Taille des lots de semences:

Pré base : ≤ 0,5t

Base :       ≤ 05t

Certifiée:   ≤ 10t

Stockage et conservation des lots de semences

A l’issue de toutes ces opérations, il convient de mettre les semences dans des conditions pouvant permettre de les garder dans leur état initial jusqu’à leur mise en terre.

  • Entreposage : magasin sec, propre et étanche, aéré, avec des palettes en bois désinfectées, constitution des lots traçables.
  • Disposition des sacs pouvant permettre la circulation de l’air et des équipes d’inspection, éviter que les sacs soient rangés directement contre les parois du mur ou le plafond,
  • Fumigation des magasins par des spécialistes avec des fumigènes homologués,
  • Pose d’appâts empoisonnés pour éliminer les rongeurs/rats,
  • Contrôles périodiques de l’humidité et de l’hygrométrie, d’où la nécessité de doter les infrastructures de stockage de thermomètre et d’hygromètre ou les deux combinés.

Certification des lots

La certification est marquée par l’apposition des étiquettes et la délivrance de l’attestation de certification. Elle intervient après les analyses de qualité en laboratoire réalisées sur les échantillons prélevés sur les lots de semences par le Service Officiel de Contrôle et de Certification des Semences.

Une étiquette apposée sur le sac et une autre à l’intérieur de celui-ci précisent la catégorie de semence contenue dans l’emballage. Celles officiellement autorisées sont :

– blanc barré violet pour le matériel parental et les semences de Pré base ;

– blanc pour les semences de base ;

– bleu pour les semences certifiées de première génération R1 et pour les semences certifiées de variété hybride ;

– rouge pour les semences certifiées de deuxième génération R2

Les étiquettes de certification portent obligatoirement au recto, les mentions suivantes :

– nom de l’espèce ;

– nom de la variété ;

– numéro du lot ;

– calibre ;

– faculté germinative minimale ;

– année et mois de récolte

– Pureté génétique minimale ;

– poids net ;

– référence au présent règlement ;

– nom du service officiel ou organisme de contrôle de qualité et de certification.

L’authenticité de l’étiquette de certification est assurée par l’apposition du cachet du service officiel de contrôle et de certification (ou de l’organisme privé agréé du pays où la semence a été produite).

La commercialisation des semences certifiées de maïs

Depuis la crise alimentaire de 2008, le Gouvernement du Bénin a fait l’option de soutenir la production vivrière notamment le maïs en assurant la distribution gratuite aux producteurs des semences à travers les Centres d’Action Régionale pour le Développement Rural (CARDER). Pour concrétiser cette option, le Gouvernement rachète systématiquement aux producteurs semenciers tous les stocks disponibles. Ainsi, les producteurs semenciers n’ont qu’un seul client : l’Etat dont la structure dont relève la distribution des semences est la Société Nationale de Promotion Agricole (SONAPRA). Tous les stocks de semences certifiées maïs sont ainsi convoyés dans les magasins des secteurs agricoles en vue de leur redistribution en début de campagne. En contrepartie, les producteurs semenciers sont payés à un prix fixe. La détermination de ce prix se fait au cours des séances de revue périodique qu’organise l’Etat au profit des acteurs de la filière. De ce fait, on ne saurait parler de commercialisation des semences de maïs au Bénin, mais plutôt de distribution des semences de maïs aux producteurs (multiplicateurs pour les semences de base et producteurs simples pour les semences certifiées).

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*