PORTRAIT de Guy Apollinaire MENSAH

Prof. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH
Prof. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH

Le Professeur, Docteur, Ingénieur Agronome Guy Apollinaire MENSAH est chercheur-enseignant  au Centre de Recherches Agricoles (CRA-Agonkanmey) de l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB), Coordonnateur du Projet «Insect Food for West Africa» (IFWA) de l’INRAB et Directeur du Centre Promotion et de Transfert des Technologies (CPTT) de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC). Il vient d’être récompensé pour ses nombreux travaux de recherche en Zootechnie et Faune sauvage. Il est en effet le tout premier Lauréat du Grand Prix du Président de la République pour la recherche édition 2015.

Qui est GUYZAP ?

“GUYZAP” comme se plaisent à l’appeler ses collègues de la recherche scientifique, Guy Apollinaire MENSAH totalise trente-deux (32) ans d’expériences dans la recherche scientifique sur l’élevage de gibier et sur différents sujets d’exploitation rationnelle de la faune tropicale. Né un jour de Juillet 1955 à Abomey, il est le 5èm enfant d’une famille qui en compte seize (16) dont six (06) survivent encore. Parmi-eux, on compte un autre Docteur Emile A. D. MENSAH, médecin chirurgien et Directeur du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Parakou. Le père, feu Pierre Yaovi MENSAH était instituteur et la mère, Pauline BEHANZIN était actrice. Elle a bouclé 93 ans en décembre 2015.

GUYZAP a terminé ses études primaires et secondaires normalement avec l’obtention en 1975, du Baccalauréat série D. Il s’est inscrit en 1976 à l’Université du Dahomey où il obtint en 1980, le Diplôme d’Agronomie Générale (DAG) avant de se rendre à l’Université d’Ibadan (Nigeria). Là, il fait le Diplôme d’Ingénieur Agronome Zootechnicien en 1982. C’est avec ce diplôme qu’il est engagé à la Fonction Publique du Bénin en 1983. Au Ministère des Fermes d’Etat, de l’Elevage et de la Pêche, il initie la même année le Projet Bénino-Allemand d’aulacodiculture qu’il conduit jusqu’en 1993 où il fit son Doctorat ès Sciences Agronomiques. Un an plus tard (1994), il intègre le corps des Chercheurs-Enseignants à l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB).

GUYZAP, un chercheur hors paire

Les trente-deux (32) ans de carrière du Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH n’ont pas été de tout repos pour cet infatigable chercheur. Son champ de recherche est assez vaste. De l’aulacodiculture à l’élevage des espèces animales gibier et non gibier, l’alimentation et la nutrition animale, le rationnement du bétail pour la production de viande et du lait, la lutte agrobiologique, l’écologie des systèmes de production, la valorisation des aires protégées et l’exploitation rationnelle de la faune sauvage tropicale. Ainsi, de 1983 à 2001 il a axé ses travaux sur le thème «Développement et promotion de l’élevage des espèces animales non conventionnelles intégré dans les exploitations agricoles au Bénin». De 2001 à 2014 ses recherches ont pour axe : «Exploitation rationnelle des ressources naturelles et promotion de l’agriculture pour un développement agricole durable au Bénin». C’est suivant ces deux principaux axes qu’on peut apprécier l’implication du chercheur Guy Apollinaire MENSAH dans les tâches institutionnelles, sa participation aux projets et programmes de développement au plan national et/ou régional, sa participation à l’identification des priorités de recherche, la programmation et l’encadrement des projets, l’animation et la formation des jeunes chercheurs, les recherches effectuées, les résultats acquis et les nombreuses productions scientifiques à son actif.

Capture de  faunes sauvages à des fins de recherche

De 1983 à 1986 j’ai organisé dans les espaces naturels et les champs de culture une campagne nationale de captures d’aulacodes sauvages vivants et indemnes de blessure dans toutes les huit (08) zones agro-écologiques du Bénin afin de constituer le cheptel reproducteurs de base d’au moins 600 têtes de femelles en âge de reproduction. En 2001, j’ai organisé dans les espaces naturels et les champs de culture des départements de l’Ouémé et du Plateau au Sud-Est du Bénin une campagne de captures de 1981 francolins erronément appelés perdrix mais dénommés ‘Assoclé’ en fongbé, une langue parlée au Sud-Bénin. De juin 2006 à novembre 2007 j’ai fait l’inventaire des rongeurs et reptiles dans toute la Réserve de la Biosphère de la Pendjari au Nord-Ouest du Bénin.

De toutes ces campagnes de captures d’animaux sauvages vivants et indemnes de blessure à des fins de recherche sur la base des autorisations de captures scientifiques délivrés toujours par la Direction Générale des Forêts et Ressources Naturelles (DGFRN) dans la nature et dans les zones mises en défens (forêts classées, forêts sacrées, forêts communautaires, aires protégées et réserves de Biosphère), c’est le récit de la capture des aulacodes sauvages dans la Commune de Ségbana en février et mars 1985 que je vous raconte ici.

Du 18 février au 02 mars 1985 nous avons chassé par la battue avec des chiens et des filets et n’avons capturé qu’un seul aulacodinet (aulacode subadulte mâle). Nous avons décidé revenir à notre base, la station d’élevage des aulacodes à Godomey au Sud-Bénin. Nous avons pris l’itinéraire Ségbana, Kalalé, Nikki, N’Dali et Parakou. Arrivé à N’Dali nous avons fait une pose pour nous restaurer et nous reposer un peu. Avant de reprendre la route j’ai décidé aller voir comment ce portait mon seul aulacode spécimen du Nord-Est du Bénin. Mais quelle ne fut pas ma surprise : il était mort. J’ai décidé rebrousser chemin car il n’était pas question que je rentre bredouille donc sans aucune prise.

Nous sommes revenus à Ségbana le 03 mars 1985 et j’ai fini par être convaincu et plus que convaincu que la capture des animaux sauvages est plus qu’un phénomène aléatoire. En effet, le premier jour de chasse nous avons capturé sept (07) aulacodes sauvages, le deuxième jour de chasse onze (11) aulacodes sauvages, le troisième jour de chasse deux (02) aulacodes sauvages, le quatrième jour de chasse huit (08) aulacodes sauvages et le cinquième jour de chasse dix-sept (17) aulacodes sauvages. Ainsi, en cinq (05) jours d’affilée de campagne de capture, j’avais toutes mes cages de transport pleines avec quarante-cinq (45) têtes d’aulacodes dont trente-six (36) aulacodinettes (aulacodes femelles subadultes) et aucune (0%) mortalité. Nous sommes revenus tout joyeux à notre base en conjuguant au passé nos dix (10) premiers jours de chasse presqu’infructueux.

 GUYZAP, ses travaux et ses productions scientifiques

Au nombre des travaux de recherche conduits par Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH, on peut citer :

  • Capture et expédition d’animaux sauvages pour des fins de recherche et d’élevage ;
  • Recherche scientifique sur l’élevage de gibier ;
  • Exploitation rationnelle de la faune tropicale ;
  • Promotion des ressources alimentaires animales non conventionnelles ;
  • Formation des agro-éleveurs et autres producteurs ;
  • Participation à plusieurs stages professionnelles, conférences, séminaires, ateliers, congrès, symposia et fora scientifiques nationaux et internationaux.

En matière de production scientifique, Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH a à son actif :

  • Une thèse de doctorat ès sciences agronomiques rédigée en Allemand ;
  • Une thèse d’agronomie rédigée en anglais ;
  • Plusieurs rapports d’activités, d’études et de consultation d’expertise ;
  • 587 travaux scientifiques dont :
  • 195 articles (32 articles dans des revues à facteur d’impact, 65 articles dans des revues indexées et 98 articles dans des revues à comité de lecture) ;
  • 89 communications lors des conférences, colloques et congrès ;
  • 25 posters géants lors des conférences, colloques et congrès ;
  • 94 résumés et abstracts édités ;
  • 98 fiches techniques éditées ;
  • 03 documentaires vidéo sur CDR ;
  • 17 contributions à des chapitres de livres et de manuels édités ;
  • 43 manuels techniques scientifiques ;
  • 05 référentiels technico-économiques édités ;
  • 02 manuels techniques scientifiques édités ;
  • 02 documents techniques de programme de recherche édités ;
  • 03 rapports techniques de projet de recherche édités ;
  • 11 bulletins d’information édités.

Aulacodiculture ou la valorisation des espèces animales sauvages pour la sauvegarde des écosystèmes

L’aulacode (Thryonomys swinderianus) est l’une des espèces animales sauvages élevées en captivité étroite. Il est le deuxième gros rongeur après le porc-épic (Hystrix cristata) et un gibier très chassé en Afrique intertropicale pour sa viande appréciée de tous et vendue à prix plus rémunérateur par rapport aux viandes de consommation courante (viande de bœuf, de petits ruminants et de porc). L’élevage de l’aulacode (aulacodiculture), initié au Bénin dès 1983 avec une approche méthodologique de recherche-développement, est déjà en vulgarisation en milieu réel depuis une douzaine d’années et fait désormais l’objet d’agrobusiness au Bénin ainsi que dans une quinzaine de pays en Afrique au sud du Sahara. L’aulacodiculture, en tant que mini-élevage, est surtout destinée aux petits exploitants agricoles sans terre et permet le transfert de revenus des couches nanties vers celles qui sont plus défavorisées. De facto, elle constitue un excellent moyen non seulement pour la couverture des besoins en protéines animales des populations humaines et pour la lutte contre l’insécurité alimentaire, mais aussi et surtout pour la conservation et l’exploitation rationnelle de la faune sauvage tropicale. Les effets induits de l’aulacodiculture se traduisent par la réduction de la pression de chasse sur l’aulacode sauvage dans la nature et des pratiques de feu de végétation. Ainsi, l’aulacodiculture, une nouvelle spéculation et filière animale, illustre parfaitement une solution de diversification agricole, de conservation de la biodiversité et d’exploitation rationnelle de la faune sauvage tropicale. L’aulacodiculture constitue aujourd’hui l’un des moyens permettant de mieux valoriser sur les plans alimentaire, économique et scientifique, les espèces animales sauvages en vue de la sauvegarde des écosystèmes. (Source : Mensah G. A., Pomalegni S. C. B., Ahoyo Adjovi N. R., Mensah E. R., Guédou M. S. E. & Koudandé O. D., 2013. Aulacodiculture : une alternative pour la sécurité alimentaire et la préservation de la faune sauvage en Afrique de l’Ouest.RASPA, Vol. 11 N°S, pp. 113-128. ISSN: 0851 – 7002, http://eismv.org/IMG/pdf/Contenus_RASPA.pdf.).

Au titre de l’encadrement des jeunes chercheurs, étudiants finalistes et de stagiaires, Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH a encadré et/ou co-encadré 173 divers types de travaux scientifiques qui se répartissent comme suit :

  • Co-encadrement de 06 thèses de doctorat unique ;
  • Co-Superviseur au Bénin d’un (01) post-doc ;
  • Co-Superviseur d’une (01) thèse de doctorat en médecine vétérinaire ;
  • Co-Superviseur de 08 mémoires de DEA ;
  • Superviseur de 15 mémoires de DESS, de 02 mémoires de CAPET et de 03 mémoires de CAPES ;
  • Co-Superviseur de 02 Mémoires de Troisième Cycle en Agronomie ;
  • Superviseur de 12 Mémoires de Master Interfacultaire, Master Professionnel, Master II et Master en Agronomie ;
  • Superviseur ou Co-Superviseur de 48 thèses d’ingénieur agronome ;
  • Co-Superviseur d’un mémoire de D.I.C. ;
  • Superviseur de 26 mémoires de D.E.T.S. ;
  • Superviseur de 02 mémoires de Maîtrise de Géographie ;
  • Co-Superviseur d’un mémoire de Banque et Finance ;
  • Superviseurs ou Co-Superviseurs de 18 mémoires de Licence Professionnelle ;
  • Superviseur de 02 mémoires de diplôme de Technicien Supérieur en Gestion des Entreprises Rurales et Agricoles ;
  • Superviseur de 25 mémoires de D.E.A.T.

Actuellement 12 thèses de doctorat unique et de PhD sont en cours d’encadrement et/ou de co-encadrement ; Signalons que depuis Juillet 2014, Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH est inscrit comme premier chercheur de l’INRAB sur la Liste d’Aptitude aux Fonctions de Directeur de Recherche (LAFDR) du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur CAMES.

Le Grand Prix du Président de la République

Le Grand prix du Président de la République pour la recherche
Le Grand prix du Président de la République pour la recherche

Pour l’obtention du Grand Prix du Président de la République, Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH était en compétition avec neuf (09) autres chercheurs de haut rang pour les trois (03) prix mis en jeu. Il a renseigné le formulaire de candidature appuyé de toutes les preuves demandées à savoir:

  • CV de chaque membre de son équipe de recherche (57 CV au total);
  • Nom du laboratoire/Unité de recherche/Département;
  • Nombre de publication dans les revues au moins indexes;
  • Nombre d’ouvrages publiés avec noms des éditeurs comme auteur ou co-auteur;
  • Nombre de theses d’université co-encadrées;
  • Nombre de participation aux colloques, journées scientifiques, conferences nationales et internationales;
  • Nombre de confrences organisées ou co-organisées;
  • Nombre de distinctions honorifiques ou inscription dans les ordres nationaux ou internationaux (02);
  • Preuves (illustrations, photos, documentaires, coupures de presse etc.) que les résultats de recherche impactent le développement de la société.

Et les brevets?

Une seule chose manque à cette longue liste de travaux à l’actif du chercheur. Il s’agit des brevets ou licences. Selon Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH, “l’aulacodiculture et l’exploitaion rationnelle de la faune sauvage tropicale à des fins de développement durable est une connaissance endogène qui appaartient aux communautés africaines. Il n’est pas question de breveter le vivant, leur patrimoine”. C’est pour cette raison que depuis 1993, il a vulgarisé et diffusé intensivement l’aulacodiculture (qui est déjà fonctionnelle dans 17 pays en Afrique) à partir des races d’aulacode d’élevage importées du Bénin, comme nouvelle spéculation animale dans le cadre de la diversification agricole.

Sélection et remise du Grand Prix du Président de la République

Seul le dossier du Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH a été retenu sur les neuf (09) en compétition pour les trois (03) prix en jeu. En effet, la proclamation officielle et publique des résultats du Grand Prix du Président de la République pour la Recherche par la Direction Nationale de la Recherche Scientifique et Technologique (DNRST) présentée par le Pr. Dr. Ir. Jean Timothé Claude CODJIA, Recteur de l’Université d’Agriculture de Kétou (UAK) a été le suivant sur les 100 points:

le 1er a obtenu 94,44 points;

le 2ème 26,38 points;

le 3ème 20,80 points;

le 4ème 18,05 points.

Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH est ainsi le tout premier Lauréat du Grand Prix du Président de la République pour la recherche, un premier sans deuxième. Ce prix; accompagné d’un trophée lui a été remis officiellement le vendredi 08 Janvier 2016 par le Vice premier Ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le Professeur François Adébayo ABIOLA.

Le Grand Prix du President de la République pour la recherche est une initiative du Chef de l’Etat, Le Président Thomas BONI YAYI pour encourager la recherche universitaire au service du développement. Pour l’édition 2015, trois chercheurs devraient être récompensés pour leurs travaux des trois dernières années.

Les perspectives

Pr. Dr. Ir. Guy Apollinaire MENSAH devra faire valoir ses droits à la retraite en 2020. Il affirme vouloir mettre à profit ces quatre années de fonction pour mettre un point l’équipement et la technologie de production de granulé de fourrages verts pour nourrir les aulacodes d’élevage en toutes saisons. La Note conceptuelle de ce projet a déjà été acceptée par le Fonds National de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique (FNRSIT). Au terme de ce projet, il est attendu que :

  1. R1. Le prototype de complexe d’extrudeuse motorisé et composé de 12 machines destinées à la production de divers types de granulés de fourrages et d’aliments granulés est fabriqué, disponible et fonctionnel au Bénin
  2. R2. Les tables de digestibilité, de valeurs nutritionnelles et d’indice de consommation des divers granulés de fourrages et d’aliments granulés pour l’aulacode d’élevage sont disponibles.
  • R3. Le répertoire des performances zootechniques, du rendement en carcasse et de la qualité organoleptique de la viande d’aulacode d’élevage nourri avec les granulés de fourrages et d’aliments est élaboré et disponible.

A la retraite, GUYZAP n’envisage pas de sortir totalement du champ de la recherche. Il veut consacrer son temps à l’installation de fermes d’application en élevage de gibier dans les écoles professionnelles agricoles et les facultés d’agronomie des universités publiques et privées, des formations en monteur de projets de recherche & développement en production animale et halieutique, des appuis scientifiques et techniques aux institutions de recherche.

Parmis ses propres enfants, Guy Apollinaire MENSAH ne compte pas d’agronome. Par contre parmis ses neveux directs l’un est Ingénieur Agronome Economiste et le thème de son mémoire de 3ème cycle a été: “Viabilité des aulacodicultures: détection précoce des élevages à risque”. Cette thèse a été conduite sous sa supervision et celle d’un autre collègue. Il a obtenu la meilleure mention et son mémoire défendu brillamment le 18 juillet 2006 a gagné le 1er prix de la francophonie. De même, un autre neveu vient d’être admis au cycle d’ingénieur à la Faculté des Sciences Agronomiques (FSA) de l’Université d’Abomey-Calavi. Par conséquent, Guyzap est assuré de voir se perpétuer son heritage aulacodicole.

Joachim N. SAIZONOU

11 Comments

  1. Merci à Joachim pour cet article. Ceci n’est qu’un avant goût. En vérité, il y a plus à dire et retenir sur le parcours du Professeur Mensah Guy Apollinaire. Nous rendons hommage à cet émerite de la recherche appliquée en production animale et pour ses multiples investissements dans la vie de la jente juvénile accro de la chose scientifique. Grand merci au Professeur GUYZAP! Nous ne t’oublierons jamais.

  2. Je suis fier et content pour le Professeur Mensah. Il a supervisé mon mémoire d’ingénieur agronome en 2007. Un mémoire qui a reçu le prix du meilleur mémoire en AGRN à la FSA/UAC.

    Merci pour le portrait.

  3. D’abord une occasion de féliciter mon ancien directeur du Centre de Recherche Agricole d’Agonkanmey. Je ne suis pas étonnée qu’il ait reçu ce prix. Il a du cerveau et est très dense. En plus il aide les autres à evoluer dans leur cursus, ce qui n est pas courant parmi les cadres. L, é chec de l’ autre ou sa stagnation est plus souhaité.
    Mais on peut comprendre son zèle pour aider ses agents et collegues. QuyZap est croyant. Et avec la spiritualité on est en harmonie avec l’Amour.
    Je lui souhaite beaucoup de force et de santé au service de notre cher pays le Benin

  4. Apolinaire est un phénomène qu,il faut cloner si c’est possible. On ne le remerciera jamais assez pour son altruisme. Je lui souhaite longue vie pour son appui à la génération future de chercheurs et enseignants chercheurs

  5. Moi je voudrais particulierement remercier notre aîné pour ce travail inlassable et noble mais rempli de benedictions. Les Hommes et les Nations ne peuvent te consacrer. Seul Dieu Tout Puissant pour ses merveilles accomplies et chargees de symboles. C’est Dieu qui a voulu t’ attribuer ce merite de gloire. Gloire soit rendu a Dieu Puissant. Puissent tes oeuvres inspirées tes collegues et les generations montantes et a venir.

    Beaucoup de courage

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*