Relance de Agri-Culture : C’est reparti et, cette fois-ci, pour de bon…

Loin de le combler, les 8 ans d’absence de Agri-culture n’ont fait qu’élargir d’avantage le fossé qui sépare les producteurs des centres officiels où se prennent les grandes décisions même celles qui les concernent directement. Le secteur rural reste encore le parent pauvre des médias malgré la révolution des technologies de l’information et de la communication (TIC). Les raisons fondamentales de cette situation restent l’analphabétisme et le pouvoir d’achat particulièrement bas de cette catégorie d’acteurs qui, pourtant, nourrit de façon satisfaisante la population du Bénin. L’Etat, notre patrimoine commun, ne doit-il pas leur accorder plus d’attention ?

Fort heureusement, les TIC, commencent à briser toutes les barrières. Mieux que le papier journal, internet est présent partout. L’ordinateur n’est plus son support de prédilection. De plus en plus, le téléphone portable qui s’est incrusté dans la vie des pauvres gens ne résiste plus à l’invasion du NET. Les opérateurs GSM qui, une décennie plus tôt, n’avaient pour seul objectif que de faciliter l’accès à la téléphonie mobile, se dotent maintenant des capacités pour répandre concomitamment l’internet.

Plus besoin de vivre à Cotonou ou dans une grande maison pour accéder à l’un ou l’autre des grands boulevards de l’information et de la communication qui se dressent devant nous par le net. Le secteur rural du Bénin doit-il encore longtemps resté en marge de cette révolution technologique ?

Il y a dix ans, Agri-Culture était un support papier dont le sort après lecture était inconnu. Internet aidant, Agri-Culture est aujourd’hui un outil présent permanemment dans l’environnement. Son accès est libre et ne dépend que de la volonté de celui qui cherche l’information. Mieux, point n’est besoin de disposer de grands outils (ordinateur) pour recueillir les données sur les prix des denrées de base, sur la météo et j’en passe. Le téléphone portable qui fait désormais partie de l’équipement de tout agriculteur au Bénin et ailleurs, suffit largement. D’une connaissance pointue en informatique, point n’est non plus besoin puisque le téléphone peut être paramétré pour recueillir les données essentielles pour son utilisateur.

Dans ce contexte de large ouverture, l’équipe de rédaction de Agri-Culture invite tous les acteurs du secteur agricole au Bénin et ailleurs à contribuer chacun en ce qui le concerne pour faire de ce site une référence pour le secteur. Il vaut mieux, quand on est dans la recherche documentaire, de tous trouver sur un seul site que d’avoir à parcourir un nombre illimité de sites avant d’accéder aux informations utiles.

D’ors et déjà nous congratulons tous les partenaires qui ont accepté de nous accompagner et souhaitons que ceux qui n’ont pas encore réagis à notre demande le fassent sans tarder.

A tous, acteurs, professionnels, étudiants, chercheurs, partenaires ou visiteurs, nous souhaitons du plaisir à surfer sur Agri-Culture.

 

Joachim N. SAIZONOU

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*