Une prolongation de deux ans pour le PAFILAV

???????????????????????????????

«Le Projet d’Appui aux Filières Lait et Viande (PAFILAV) prendra fin en 2018, soit une prolongation de deux ans», c’est l’annonce faite par le Ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), Monsieur Rufin O. Nansounon lors d’un point de presse organisé par le projet.

Le PAFILAV qui est la suite du Projet de Développement de l’Elevage (PDE) avec pour objectif principal la mise en place des bases fondamentales pour le développement de l’élevage au Bénin. Soutenu par la Banque Africaine de Développement (BAD), ce projet d’environ 9 milliards de francs CFA a impacté sur le terrain de nombreux acteurs dont les témoignages ne laissent personne indifférent.

L’approche novatrice : «le fait faire» a permis la contractualisation des activités du projet avec des structures publiques et privées. Ainsi, c’est une ONG de la place qui est en charge du tracé et le balisage des couloirs de passage des animaux. D’autres ONG en charge de la formation des acteurs ont permis d’impacter près de 800 acteurs avec des thématiques très variées. On peut citer entre autres, l’organisation et la gestion du troupeau ; l’amélioration de l’alimentation du bétail avec l’apport des sous-produits agro industriels ; l’installation des parcelles fourragères et l’assurance qualité.

L’introduction auprès des élevages privés des bovins de race laitière «Gir Holando» et surtout la création du centre d’insémination artificielle permettra le métissage avec les races locales en vue de l’amélioration de la production de lait et de viande. Selon José Sèmondji, l’un des éleveurs qui a reçu des géniteurs Gir Holando, «la production de lait atteint 4 à 5 litres par jour et par animal» alors que les races locales fournissaient à peine 1 litre par jour.

La seule chose qu’attendent encore de pied ferme les éleveurs, les transformateurs, les commerçants de bétail et les bouchers, principaux acteurs du projet est la mise en place du crédit. Pour le Coordonnateur Dr Emile TOIGBE, «il est indispensable de prendre certaines précautions en vue de garantir le remboursement régulier gage du bon recyclage des crédits». Cela permettra de toucher un nombre très important d’acteurs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*